L’Humanisme libertaire (1967)

dimanche 20 juin 2010
par  Eric Vilain
popularité : 8%

[|[*PRÉSENTATION

René Berthier*]|]

L’humanisme libertaire de Gaston Leval fut publié en 1967 et pourrait aujourd’hui, à certains égards, paraître avoir vieilli. Pourtant, les idées libertaires que l’auteur développe restent parfaitement d’actualité. Le lecteur doit cependant garder à l’esprit qu’en 1967 nous étions en plein dans les Trente glorieuses : certains passages du texte s’en ressentent et devraient sans doute aujourd’hui être réécrits. Mais on ne peut guère reprocher à l’auteur, qui avait alors 72 ans, de ne pas avoir anticipé sur les évolutions que subira le système capitaliste après la contre-offensive néo-libérale engagée à l’époque de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan. La première arriva au pouvoir un an après la mort de Gaston et le second trois ans plus tard.

♦ La pensée de Gaston Leval exposée dans le texte est, d’un point de vue libertaire, parfaitement « orthodoxe », si on me permet ce mot : on y retrouve constamment, au détour des paragraphes, les trois grands auteurs du socialisme libertaire que furent Proudhon, Bakounine et Kropotkine, bien que leurs noms soient peu cités [1]. Leval ne cherchait pas à s’abriter derrière les auteurs du mouvement pour appuyer ses idées. On notera que Stirner n’y est jamais mentionné : Gaston ne portait pas les individualistes dans son cœur [2]. Ce qui ne l’empêche pas d’aborder d’emblée dans son texte la question de l’individu.

(Voir la suite de la présentation et le texte de Gaston Leval dans dans le document joint.)


[1Proudhon 8 fois ; Bakounine 3 fois ; Kropotkine 1 fois.

[2Cf. Gaston Leval, L’individualiste et l’anarchie, éd. Le Chat noir, Bègles, 1987.


Documents joints

PDF - 617.6 ko
PDF - 617.6 ko

Commentaires