PIMENTA NEGRA. — Mouvement anarcho-punk de São Paulo

dimanche 2 novembre 2014
par  Eric Vilain
popularité : 6%

« Le M.A.P. est une fédération des activités collectives et individuelles. C’est la somme de nos actions, l’union de nos forces. C’est une instance où sont réunis les diverses activités anarcho-punk de la ville de São Paulo. Le M.A.P. est totalement ouvert à tous les militants de l’univers anarcho-punk, dès que sont compris et accepté les accords dans leur intégralité et acceptés par tous ceux du M.A.P.Retour ligne automatique

pimentanegra@hotmail.com

http://www.anarcho-punk.net/viewtopic.php?f=5&t=2

Mouvement anarcho-punk de São Paulo

Charte des principes

Après la rencontre anarcho-punk de la ville de São Paulo les personnes impliquées dans l’organisation ont ressenti la nécessité de reconstruire le M.A.P. /S.P.

« Le M.A.P. est une fédération des activités collectives et individuelles. C’est la somme de nos actions, l’union de nos forces. C’est une instance où sont réunis les diverses activités anarcho-punk de la ville de São Paulo. Le M.A.P. est totalement ouvert à tous les militants de l’univers anarcho-punk, dès que sont compris et accepté les accords dans leur intégralité et acceptés par tous ceux du M.A.P.
Le mouvement anarcho-punk est une organisation qui existe depuis 18 ans dans la ville de São Paulo, qui a obtenu beaucoup de crédibilité dans les mouvements sociaux, chez les jeunes, mouvements noirs et indigènes et beaucoup d’autres…
Nous ne considérons pas le mouvement anarcho-punk comme une espèce de collectif, mais plus comme une grande idée, autrement dit, ce que nous sommes, une union de forces, et il est plus que nécessaire que cela recouvre toutes ou presque toutes les activités déterminés localement, et la recherche permanente à inviter tout les engagés, avec notre lutte et notre culture »

Ce que nous recherchons, avec le M.A.P. c’est de nous regrouper, non pas pour restreindre mais pour étendre notre horizon en tant que militant anarcho-punk, le M.A.P.S.P. n’englobe pas la totalité des anarcho-punk de la ville de São Paulo, mais si les anarcho-punks qui veulent et qui sont prêts à bâtir une organisation sérieuse et impliqué avec la mouvance punk et anarchiste, qui acceptent et sont conscient des responsabilités individuelles et collectives, développé ici.

Le M.A.P.S.P. à aujourd’hui comme principe d’agglutiner les anarcho-punks pour une continuité dans la construction sérieuse qui exige de ses membres, qui ont déjà intégré un critère d’adhésion au consensus au cours de longs débats à l’issue et au délibéré.

Nous croyons au M.A.P comme quelque chose qui est au-delà d’un groupe d’affinités, c’est une organisation anarchiste et de contre culture sans intérêts pécuniaire, commune aux membres, respectant le critère d’adhésion du M.A.P. et ne pouvant être autrement que, la recherche d’une structure durable et décentralisé, où la liberté des individus est respecté, comme l’est aussi la nécessité du respect et le sérieux dans les délibération du groupe, Nous avons comme principe la recherche du dialogue et du débat d’idées, ouvert, sincère et honnête, le recherche incessante du consensus entre nous sur divers sujets, sans oppositions ou irrespect, même quand ce consensus ne parvient pas sur certains sujet et qui peut échapper à un consensus général, sujets qui partant de cette forme d’organisation jusqu’à les nourrir, nécessitant de la tolérance, et nous nous efforçons pour que cela ne nous détruise pas, et au contraire nous pouvons apprendre ensemble à nous respecter pour ce que nous sommes et pour ce que nous faisons, et que chaque point de vue différent fait parti de notre réalité.
Le M.A.P.S.P. est une organisation punk anarchiste, c’est pour cette raison que nous sommes des frères et des sœurs de lutte anarcho-punk, mais nous devons faire preuve de discernement dans nos relations interpersonnelles, avec nos relations dans un groupe comme le M.A.P.S.P., ce que évidemment n’empêche pas le contraire, cela fait que nous resserrons nos liens affectifs de lutte, et de cette forme surgit entre nous le sérieux, la responsabilité, la sincérité et la fraternité, comme cela dans toutes nos réunions actions et dans toutes nos activités nous avons la sagesse et la tranquillité pour décider et agir ensemble, même dans les situations les plus désespéré et dangereuse dans lesquelles nous sommes impliqués.
Notre intention c’est d’avoir un mouvement anarcho-punk fort, organisé et structuré, pour cela nous somme disposé à additionner et ne pas diviser, à construire et ne pas à détruire, pour convaincre et ne pas vaincre, pour accompagner et ne pas diriger, pour inclure et ne pas exclure, pour proposer et ne pas imposer, nous croyons comme nos frères et sœurs Zapatistes sur le principe suivant :
« Tout pour tous, rien pour nous ».

Ce qui démontre évidemment notre identité communautaire et que d’aucune façon nous recherchons le bénéfice personnel. Cela démontre aussi notre total dévouement et respect aux intérêts du bien commun, et pas seulement de notre groupe, mais en général nous avons aussi conscience que notre organisation à plus de poids pour le collectif que pour l’individuel.

Notre lutte se fait à côté des personnes exclues par ce maudit système capitaliste militarisé, oppresseur en faillite, c’est là que nous rencontrons, nous ne dévions pas de notre chemin, nous ne ferons pas de pas en arrière ; parce que c’est notre essence, c’est ce qui nous composent : nous sommes des mendiants, des prostitués, des prisonniers, des fous, des homosexuels, des séropositifs, des toxicomanes, des noires, des indigènes, des métis, des latinos, des femmes, des migrants et des immigrants, des chômeurs, des travailleurs déclarés ou au noir, des pauvres, des rappeurs, des punks, des anarchistes, nous venons et faisons parti d’une contre culture de rue qui a travers les innombrables difficultés résistons et persistons, ainsi comme la lutte de notre peuple…
Nous vivons dans les banlieues avec notre identité ethnique, économique, et culturelle, nous avons conscience que les vrais et réelles transformations sociales viendront de bas vers le haut à travers le peuple pauvre discriminé et marginalisé, nous avons pleine conscience que notre organisation a lieu sur une terre colonisé comme le brésil et que la résistance de notre peuple à débuté ici il y a 508 ans, quand la première caravelle génocidaire est arrivée…

Nous tenons en nos racines ethniques, culturelles et historiques, renforçant notre identité de pauvres, exclus et marginalisés et renforçant notre caractère multiculturel de respect des différences, comme anarcho-punk que nous sommes.

Et comme l’on à nouveau dit nos frères et sœurs Zapatistes :
« Récupérant le passé, pour lutter dans le présent pour un futur meilleur. Parlant avec ceux qui ne parlent pas. Ecoutant ceux qui n’écoutent pas, levant la rébellion comme drapeau et vivant dans la dignité comme projet de vie. »

Nous nous considérons pleinement responsables et capables de nous organiser en tant qu’anarcho-punk par le biais du M.A.P.S.P à travers du libre accord et libre association. Notre moyen d’action est l’action directe, parce que nous refusons catégoriquement d’êtres insérés dans les mécanismes du système comme parti politique, syndicats jaunes ou même des corporations capitalistes oppressives, réactionnaires, et ou réformiste, nous sommes révolutionnaires !!!

Nous croyons à la solidarité et à l’entraide comme un fondement fort dans la lutte contre le système, et notre lutte est aussi pour que ces réflexions et actions fortes avec une grande représentativité, ne deviennent pas seulement des paroles ou des slogans.

Nous n’avons pas peur de nous organiser, nous pensons que nous avons une maturité et une responsabilité suffisante pour comprendre ce que notre organisation signifie pour nous personnellement et collectivement. Nous croyons et devons êtes attentifs à notre auto-défense, nous structurant, nous entraînant pour quand les rencontres avec nos ennemis arriverons (et personne ne sait quand) nous soyons prêt matériellement, physiquement et psychologiquement.

En tant qu’anarchistes et punks nous défendons, luttons et croyons en un monde sans oppressions. Nous rejetons le pouvoir autoritaire (le pouvoir centralisé). Les avant-gardes et tout ce qui gère les inégalités. Nous croyons dans un monde ou tous a sont autonomie et des conditions égales de décision. Nous croyons en un monde de différences mais de conditions de respects mutuel. Nous luttons pour l’autogestion généralisée, dans la socialisation des moyens de production, su savoir de la science. Nous serons toujours du côté des opprimés, nous ne ferrons jamais d’accords avec la classe des oppresseurs. Nous rejetons les institutions capitalistes, mais pas les personnes et leurs croyances. Nous nous responsabilisons à comprendre et respecter les cultures populaires. Et nous savons distinguer les mécanismes du système et de la sagesse populaire.

Nous savons aussi que nous sommes sujets à des contradictions puisque nous vivons dans un monde capitaliste et institutionnel. Et nous devrons emmener tout au débat et au respect. Nous ne croyons pas à la perfection, parce que nous croyons dans le dynamisme, un monde qui ne s’arrête jamais, qui est toujours en constant changement. Nous luttons pour l’harmonie et la liberté et non pour la perfection. Nous ne dévirons jamais de nos principes pour arriver où nous souhaitons, parce que nous courrons le risque de fausser tout nos principes. Les fins de justifie pas les moyens et toute dictature est oppressive. Et selon le moyen utilisé jamais ne se rapprochera de la fin voulue.

Nous ne luttons pas pour un monde anarchiste ou punk, mais pour un monde où s’adaptent toutes les expressions libres. Mais nous combattrons toujours les expressions du système qui recherche les inégalités et les privilèges. Nous luttons pour un monde sans classes sociales. Et pour cela nous luttons contre ceux qui bénéficient de ses divisons, de ceux qui sont au sommet, vivant sur le dos du travail des autres et de la sueur des autres. Nous ne croyons pas en des positions extrêmes, fanatiques. Nous défendons ce que nous avons appris avec notre propre nature (dont nous faisons partit), nous défendons l’harmonie, l’équilibre des choses en opposition des inégalités. Nous rejetons tous les contrôles sociaux, nous croyons dans l’autonomie des personnes et des communautés.

Nous croyons en la culture punk et anarchiste comme forme de libération et d’auto-libération. Comme moyen d’autonomie et d’expression de groupes sociaux. Nous rejetons aussi toute l’industrie culturelle qui cherche à enfermer les cultures dans le capitalisme, tuant ainsi ses vraies racines en les modelant et les consommant.

Nous rejetons aussi que l’anarchisme puisse être lié a un quelconque moyen qui gère les inégalités, privilèges et préjugés. L’anarchisme est un « instrument » de libération des opprimes comme un ensemble.

Du fond de nos cœurs nous croyons dans le punk, nous croyons dans l’anarchisme et dans notre pauvre peuple, nous croyons à l’humanité, au futur !!

Nous croyons à la révolution sociale et pour cela nous organisons, cherchons des contacts avec les mouvements sociaux avec lesquelles nous avons des affinités nous savons historiquement l’importance des ces contacts, parce que nous ne sommes certainement pas seuls dans la lutte !

Vive l’organisation punk libertaire !
Pour le respect aux différences !!
Vive la liberté et vive l’anarchie !!