Théologie féministe et contrôle social des femmes

René Berthier, mars 2004
dimanche 13 février 2011
par  Eric Vilain
popularité : 9%

La revendication de l’égalité des sexes dans la société musulmane pousse certaines femmes a adopter une approche qu’on pourrait qualifier de « théologique ». Selon elles, le combat politique ou économique pour cette égalité est faussé par une erreur plus que millénaire dans l’interprétation du Coran. Cette erreur d’interprétation a créé des pesanteurs qu’il faut combattre, et aucun progrès dans la condition féminine ne sera possible tant que les femmes ne se seront pas réapproprié le Coran. Les relations hommes-femmes spécifiques de l’islam étant ancrées dans la théologie, il faut donc contester les fondements théologiques des tendances misogynes de la tradition islamique. Tant que cela n’aura pas été fait, les femmes conti-nueront d’être victimes de discriminations, en dépit des améliorations de façade dont elles pourront bénéficier.

On voit que ce courant accorde une fonction prééminente aux structures idéologiques de la société qui rendraient impossible toute évolution dans la condition des femmes. Le combat principal ne se situerait donc pas dans l’accès des femmes à l’éducation, au travail, à la participation dans la vie politique et sociale, toutes choses susceptibles de modifier le statut inférieur de la femme, mais dans la constitution d’une nouvelle théologie qui redres-serait les erreurs d’interprétation jusqu’alors dominantes #. C’est l’interpré-tation actuelle du Coran, erronée, qui est la cause de structures injustes qui rendent impossible l’égalité hommes-femmes.

La question essentielle, nous semble-t-il, est ainsi évacuée : qu’est-ce qui fait que dans les sociétés musulmanes le statut de la femme soit encore, aujourd’hui, lié à l’interprétation et à l’application de textes écrits il y a quatorze siècles ? Quelle est l’explication historique, politique, sociale, psy-chologique d’un tel immobilisme ?


Documents joints

PDF - 92.4 ko
PDF - 92.4 ko

Commentaires