Digressions sur la révolution allemande
Article mis en ligne le 1er juin 2009
dernière modification le 25 juin 2019

par René Berthier

L’année 2009 marque le 90e anniversaire de la révolution allemande. Les Éditions du Monde Libertaire ont tenu à marquer l’événement en publiant un ouvrage, « Digressions sur la révolution allemande », dont l’objectif est moins de faire l’historique de l’événement que d’en situer le contexte et les enjeux.

Pour commander l’ouvrage :

http://www.federation-anarchiste.org/editions/

La révolution allemande est peu connue des militants. Pourtant, un enjeu de taille se jouait à ce moment-là. La révolution russe, qui avait abattu le tsarisme, commençait à s’enliser 1. Lénine lui-même, admirateur de la social-démocratie allemande, avait toujours considéré que la révolution en Russie ne devait être que le prélude à la révolution allemande et que ce n’était que lorsque le prolétariat allemand, organisé par un parti qui se réclamait de l’héritage de Marx, prendrait le relais, que les choses sérieuses pourraient commencer.
La victoire de la révolution prolétarienne en Allemagne n’aurait pas seulement modifié le destin de la révolution russe, elle aurait pu être le début d’une révolution s’étendant à toute l’Europe. C’est en grande partie l’échec de la révolution allemande qui a scellé le destin de la révolution espagnole, vingt ans plus tard.
Les prises de position de la gauche communiste allemande seront tellement déterminées par leur opposition à la politique, aux pratiques et aux nombreuses institutions mises en place par la social-démocratie allemande et le mouvement syndical qu’il est nécessaire de faire un détour pour expliquer brièvement le contexte. Si l’échec de la révolution allemande doit d’abord être mis sur le compte de la puissance de la réaction, son évident sabotage par le pouvoir bolchevik joua également un rôle non négligeable. Mais on verra que les divisions et les inconséquences de la gauche révolutionnaire allemande jouèrent aussi un rôle déterminant.