Le syndicalisme révolutionnaire, la charte d’Amiens et l’autonomie ouvrière

Volume préparé par Miguel Chueca
dimanche 6 juin 2010
par  Eric Vilain
popularité : 19%

L’année 2006 fut, pour les Éditions CNT-RP, l’occasion de célébrer le centenaire du congrès d’Amiens – le IXe de la CGT, conduite alors, sous la houlette de Victor Griffuelhes, Émile Pouget et Georges Yvetot, par le courant syndicaliste révolutionnaire – d’où est issue, comme on sait, la fameuse « Charte » du syndicalisme, selon le nom qui fut donné a posteriori à la motion votée par la quasi-totalité des délégués ouvriers présents dans la ville picarde. Nous l’avons fait de deux façons : d’abord en publiant le compte rendu rédigé peu après la fin du congrès par Émile Pouget pour la revue Le Mouvement socialiste, un texte qui n’avait jamais été repris depuis lors et, ensuite, quelques jours à peine après sa parution, en organisant une rencontre autour de ce même congrès afin d’évoquer le syndicalisme révolutionnaire français d’il y a cent ans ainsi que l’influence extraordinaire qu’il exerça aux quatre coins de l’Europe et même sur le continent américain. Enfin, nous avions souhaité conclure ce colloque par une intervention et un débat sur ce qui reste aujourd’hui du syndicalisme révolutionnaire français et sur la valeur qu’il garde encore pour nous.


Documents joints

PDF - 380.4 ko
PDF - 380.4 ko