Il y a cinquante ans : La fondation de la « Vie ouvrière » (1959)

mardi 19 février 2013
par  Eric Vilain
popularité : 14%

« Il n’y a qu’une équipe en France qui ait vu venir la guerre et prévu l’effondrement de la social-démocratie allemande, c’est celle de La Vie ouvrière » disait vers 1920, dans une conversation, Charles Dulot, un bon observateur du mouvement social. Il avait longtemps assuré honnêtement dans Le Temps la rubrique du mouvement social et il allait ou venait de fonder avec Albert Thomas L’Information sociale. Je crois même qu’il avait désiré nous voir monter dans sa barque, mais tout de suite il avait compris combien nos conceptions étaient dissemblables.
Tout cela, guerre et effondrement social-démocrate, était facile à prévoir, dira-t-on. Oui, c’était facile, en effet. Pourtant, nous étions seuls à le prévoir. Et même qualifiés parfois pour cela de ridicules défaitistes.
Qu’est-ce qui amena la constitution de cette équipe de La Vie ouvrière et la fondation de la revue syndicaliste de ce nom en octobre 1909 ? Une œuvre collective, petite ou grande, ne se passe pas d’initiatives individuelles ; elle les appelle au contraire. En ce qui concerne La Vie ouvrière, je pris cette initiative, encouragé et soutenu par divers camarades et amis personnels. Pourquoi ? Comment ? Dans quelle situation, c’est-à-dire dans quelle période du mouvement ?
Assez curieuse année que 1909. Regardons-la d’un peu près. Même au risque de nous attarder. Ce ne sera pas du temps perdu.


Documents joints

PDF - 1.2 Mo
PDF - 1.2 Mo