Critique de l’institution parlementaire

dimanche 19 janvier 2014
par  Eric Vilain
popularité : 7%

L’opposition de Bakounine à la participation du mouvement ouvrier à l’institution parlementaire se fonde sur ce qu’il considère comme le caractère de classe de celle-ci ; sur sa fonction dans la société capitaliste moderne ; sur le dévoiement du programme ouvrier qu’entraînent les alliances contre-nature que cette participation impose ; sur l’écart qui se creuse entre l’élu et l’électeur ; enfin sur la négation de la solidarité internationale qui apparaît inévitablement. Bakounine ne se contente pas de dire que l’institution parlementaire impose au prolétariat un jeu risqué : ses principales objections viennent de ce que la classe dominante elle-même n’hésite pas à saborder la démocratie parlementaire lorsque ses intérêts sont en cause. La bourgeoisie ne joue pas le jeu. En ce sens, la pensée politique de Bakounine s’intègre dans les débats les plus contemporains sur la démocratie.


Documents joints

PDF - 831.2 ko
PDF - 831.2 ko