De l’écrasement de la Commune à l’effondrement de l’Internationale marxisée

René Berthier
lundi 20 janvier 2014
par  Eric Vilain
popularité : 9%

En sa qualité de correspondant du Conseil général pour l’Allemagne, Marx envoie le 28 mars 1870 une « Circulaire confidentielle » au Dr Kugelmann pour qu’il la diffuse auprès des chefs du parti socialiste allemand. Ce texte est une des innombrables pièces à mettre au dossier de la campagne de calomnies orchestrée contre Bakounine pour le discréditer politiquement : accusations d’être un agent du tsar, un escroc, un captateur d’héritage, etc. Pourtant, à la veille du congrès de Bâle (septembre 1869), Liebknecht, qui avait accusé Bakounine d’être un agent russe, fut cité devant un tribunal d’honneur et reconnut avoir « agi avec une légèreté coupable » . Cela n’empêcha pas Marx de reprendre l’accusation dans sa « Communication confidentielle », dans laquelle on apprend par ailleurs que Bakounine dispose de partisans fanatiques, qu’il veut établir sa dictature sur l’Internationale, qu’il a voulu capter l’héritage de Herzen.

Le « statut » de cette circulaire est curieux, car quoique confidentielle par la volonté de son auteur – Marx –, elle est rédigée au nom du Conseil général, porte l’en-tête de l’AIT et a donc un caractère officiel. Bakounine ne put jamais se défendre contre les accusations portées contre lui dans cette circulaire car il n’en prit jamais connaissance. Le secret de ce document fut si bien gardé que James Guillaume n’en prit connaissance que lorsqu’il fut publié le 12 juillet 1902 dans la Neue Zeit, la revue du parti social-démocrate. Ce sont, avant la lettre, de véritables méthodes staliniennes .


Documents joints

PDF - 1.7 Mo
PDF - 1.7 Mo