GASTON LEVAL Espagne 36-39. – Chapitre II : La socialisation agraire

dimanche 2 décembre 2012
par  Eric Vilain
popularité : 9%

Les 14 et 15 février 1937 eut lieu, à Caspe, petite ville de la province de
Saragosse qui avait été libérée du fascisme par les forces venues de
Catalogne, le Congrès constitutif de la Fédération des Collectivités
d’Aragon 1. Vingt-cinq fédérations cantonales étaient représentées. En voici
la liste : Fédération du canton d’Angüés, Alfambra, Aïnsa, Alcorisa,
Alcañiz, Albalate de Cinca, Basbastro, Benaharre, Caspe, Enjuive, Escucha,
Graus, Grañen, Lecéra, Monzón, Muniesa, Más de las Matas, Mora de
Rubielos, Puebla de Hijar, Pina de Ebro, Pancrudo, Sástago, Tardienta,
Valderrobres. Chacune de ces fédérations cantonales (comarcales)
représentait de 3 à 36 villages plus ou moins importants. Le total de ces
villages, dont nous possédons la liste intégrale, s’élevait à 275. Le nombre
des familles affiliées, à 141.430. Mais à cette époque, le fait collectiviste
était en pleine expansion. Si bien que très vite de nombreuses collectivités
s’ajoutèrent à cette première liste.

D’autre part, celles existantes virent leurs effectifs augmenter
rapidement. Si par exemple à ce congrès le canton de Más de las Matas
comprenait 19 villages dont seul le chef-lieu était intégralement collectivisé,
18 autres villages l’étaient aussi intégralement lors d’un plénum célébré
trois mois plus tard. Si le canton d’Angüés comptait 36 Collectivités au
congrès de Caspe, il en comptait 70 au plénum suivant. Dans la même
période, le nombre des Collectivités fédérées du canton de Barbastro était
passé de 31 à 58. Le développement était si rapide que pendant le temps
demandé pour l’impression des dernières statistiques, les chiffres les plus
récents étaient presque toujours dépassés.

Rappelons que ce mouvement s’étendait – et avec quelle rapidité ! –
malgré les difficultés causées par la guerre, souvent à quelques kilomètres
du front – cas de Grañen, Aïnsa, Pina de Ebro, etc. – et alors que nos
militants étaient mobilisés en grand nombre dans les forces armées : on ne
peut qu’admirer le sens de l’organisation et de la solidarité dont firent
preuve, dès le début, les Collectivités libertaires aragonaises.


Documents joints

PDF - 1.9 Mo
PDF - 1.9 Mo

Commentaires